SCADD : Bilan mitigé au cours des cinq dernières années Imprimer
Écrit par Sidwaya   
Mercredi, 11 Mai 2016 09:17

Au cours de la dernière revue de la Stratégie  de croissance accélérée et de développement durable (SCADD), tenue le 10 mai 2016 à Ouagadougou, avant l’adoption du Plan  national de développement économique et social (PNDES), les acteurs ont unanimement reconnu   que les performances réalisées entre 2010 et 2015 sont mitigées. Le taux moyen de réalisation des mesures et actions de la matrice de performance a été de 54% et celui des cibles des  indicateurs,  de 54,2%  sur la période concernée.

Au terme de la mise en œuvre de la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD),  les résultats au cours de la période 2011-2016 sont globalement en-deçà des ambitions.  C’est ce qui ressort du  rapport de performance  approuvé par les différents acteurs, le 10 mai 2016, lors de la dernière réunion du comité de pilotage  de la SCADD.  Le taux de croissance annuel moyen du Produit intérieur brut (PIB) est de 5,5%, bien loin de la croissance à deux chiffres prônée lors du lancement de la SCADD. Concernant la réalisation des 30 mesures de réformes et d’actions stratégiques sélectionnées chaque année, l’on enregistre une moyenne annuelle de réalisation de 54%.   Le rapport de performance laisse également apparaître,  de l’avis du secrétaire exécutif de la SCADD, Seglaro Abel Somé, une  réduction insuffisante de la  pauvreté de 6 points par rapport à 2005.  Plusieurs facteurs expliquent ces résultats mitigés.  Il s’agit, selon Seglaro Abel Somé, notamment de  la baisse du cours des matières premières,  de l’inefficacité  constante dans la passation des marchés publics  et des crises sociopolitiques de 2011, 2014 et 2015. Il faut souligner que la SCADD a enregistré quand même des points positifs. Au nombre de ceux-ci, le secrétaire exécutif a mentionné la volonté de rompre avec la lutte contre la pauvreté. Elle a aussi permis l’accroissement des productions de rente et céréalières à travers l’opération 100 mille charrues, ainsi que la distribution d’intrants. Un autre aspect positif de la SCADD a été le lancement de  la dynamique des pôles de croissance qui a permis de tirer l’économie vers le haut. Enfin, la SCADD a permis une avancée dans le dispositif du suivi-évaluation. Désormais, l’Etat consent à allouer les ressources budgétaires aux structures chargées de la planification afin qu’elles puissent suivre les travaux.

 

Pour le  Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, par ailleurs, président du comité de pilotage de la SCADD,  les résultats réalisés permettent de tirer quelques enseignements pour  le nouveau référentiel, le Plan national pour le développement  économique et social (PNDES), pour les 5 prochaines années,.

 

Cap sur le PNDES

La première leçon à tirer à la  lecture du bilan de la SCADD, de l’avis du Premier ministre, est la discordance entre les capacités nationales à formuler des orientations pertinentes et les défaillances des structures nationales à les concrétiser entièrement. «  Il est donc important pour les acteurs commis à la formulation du PNDES de travailler à définir  les dispositions qui garantiront la mise en œuvre effective des objectifs des politiques économiques et sociales définies », a-t-il insisté. Un autre enseignement utile est de considérer que  les crises sociopolitiques sont une conséquence du déficit de bonne gouvernance.  Les crises  entraînent un arrêt des activités économiques et donc de la création de richesses. Pour cette raison, le chef du gouvernement a estimé  que le renforcement de la bonne gouvernance  dans ses dimensions politique, administrative, économique et locale est nécessaire afin  de juguler  les crises synonymes  de coup d’arrêt pour l’économie. Le développement du secteur industriel et la diversification de l’économie nationale entamés grâce à la SCADD doivent être poursuivis dans le PNDES. «  L’articulation entre  l’agriculture et l’industrie devrait être au cœur  du nouveau référentiel si l’on veut créer plus d’emplois décents », a conclu Paul Kaba Thiéba.

 

Nadège YE

Sidwaya

 

Mise à jour le Mercredi, 11 Mai 2016 09:22