Curage du barrage n°3 : des jeunes s’abonnent à l’écocitoyenneté Imprimer
Écrit par Sidwaya   
Jeudi, 28 Juin 2018 05:41

Le mouvement « J’ai à cœur ma patrie » et le collectif «Ubuntu » de l’université Aube Nouvelle ont effectué, le samedi 23 juin 2018 à Ouagadougou, des travaux de curage du barrage n°3 de Tanghin. L’objectif est de contribuer à la survie de cette retenue d’eau de plus en plus menacée par la pollution. Sur initiative du mouvement « J’ai à cœur ma patrie » et du collectif «Ubuntu », les travaux de curage du barrage n°3 ont été lancés, le samedi 23 juin 2018, à Ouagadougou par le maire de la capitale Armand Béouindé.

 

Selon les initiateurs de cette activité, le geste s’inscrit dans le cadre de la lutte contre la pollution de l’environnement et vise notamment à inculquer aux uns et aux autres un comportement éco citoyen. De quoi mettre le baume au cœur du bourgmestre de la capitale Armand Béouindé qui n’a pas hésité à les féliciter. Ces valeurs, a-t-il soutenu, doivent être pérennisées afin de rendre le cadre de vie plus agréable. Pour lui, ces jeunes savent qu’il n’y a pas une autre planète ailleurs où vivre et se sont ainsi engagés à la préserver contre toute action anthropique susceptible de la nuire. « Le barrage, c’est le seul souffle de vie qui irrigue le parc urbain Bangre Wéogo, poumon de la ville de Ouagadougou », a indiqué M. Béouindé. Il a ainsi déploré l’incivisme qui prévaut à Ouagadougou et a exhorté ces jeunes à persévérer dans leur voie. « Cette participation citoyenne est à encourager », a-t-il souligné.

Comme lui, le maire de l’arrondissement n°4, Anatole Bonkoungou n’est pas resté insensible face à cette œuvre de salubrité publique initiée par des jeunes. Ses propos en disent long sur les sentiments qui l’animent. « C’est une satisfaction de voir que ces jeunes ont un esprit citoyen et  travaillent à assainir notre cadre de vie », a-t-il salué. Il a laissé entendre que les mots lui manquent pour exprimer toute sa satisfaction. Sur ce, il a remercié les jeunes pour cette initiative louable et les a encouragés à maintenir la dragée haute. Pour sa part, Dr Karim Samoura a, au nom du parrain Isidore Kini, par ailleurs fondateur de l’université Aube Nouvelle, traduit ses vifs sentiments aux étudiants. « Ce qui est important, c’est le signal que ces jeunes nous envoient », a-t-il relevé. Il a plaidé auprès des autorités municipales en leur demandant de les accompagner afin qu’ils puissent atteindre leur objectif. Il a, en outre, traduit sa reconnaissance aux autorités communales qui ne cessent de recevoir leurs étudiants en stage dans le cadre de la préparation de leurs mémoires dans le domaine de l’environnement. A ce jour, a-t-il noté, sept mémoires ont été réalisés dans la zone des barrages, ce qui est déjà une chose salutaire. « Les étudiants, à travers ce geste, ne font que traduire ce que nous leur avons enseigné à l’école », a affirmé Karim Samoura. Du reste, le maire a reconnu que ce geste ne consiste pas à tout faire. Il a néanmoins tenu à apprécier cette œuvre de salubrité publique qui pourrait inspirer d’autres structures à emboîter le pas. « La commune de Ouagadougou fait de votre acte un chantier majeur », a-t-il conclu avant d’inciter les uns et les autres au travail.

 

Ouamtinga Michel ILBOUDO

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Sidwaya

Mise à jour le Jeudi, 28 Juin 2018 05:45