Produits pharmaceutiques : Une usine en vue à Kokologho PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Sidwaya   
Mardi, 10 Octobre 2017 09:08

Le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, a présidé un conseil de cabinet, le lundi 9 octobre 2017 à Ouagadougou. L’implantation d’une unité industrielle pharmaceutique à Kokologho (Boulkiemdé) a été au centre des discussions.

Le fabricant de produits pharmaceutiques Amanda Pharma, souhaite implanter une usine de fabrication de solutés à  Kokologho, dans la province du Boulkiemdé. Réunis en conseil de cabinet, le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba et une dizaine de membres de son gouvernement ont épluché, dans l’après-midi du lundi 9 octobre 2017, les dossiers du promoteur. Selon le ministre de la Santé, Nicolas Méda, le conseil a estimé que le projet a une utilité publique  élevée. En effet, une fois réalisée, l’unité industrielle aura une capacité de production de 4000 bouteilles de 500 ml de soluté par jour et permettra de fournir les marchés burkinabè et ouest-africain. Pour lui, il n’y a pas d’obstacles majeurs sur le financement possible du projet, dont le coût est estimé à  19 milliards de francs CFA. « Le pool bancaire contribuera à hauteur  de 14 milliards F CFA. Les actionnaires doivent apporter une enveloppe de 5 milliards et le soutien de l’Etat burkinabè à travers le Fonds burkinabè de développement économique et social (FBDES) s’élèvera à 1 milliard 700 millions», a-t-il précisé. Le ministre Méda a, toutefois, relevé l’ancienneté du projet (2012). Il a souligné que de 2012 à 2017, d’autres industries de ce type ont été installées dans la sous-région (Sénégal, Togo, Bénin, Côte d’ivoire) créant ainsi un espace concurrentiel différent. «Nous avons donc souhaité une réactualisation du dossier en  fonction de cet environnement et surtout plaidé pour le choix d’un équipementier qui nous fournit l’infrastructure à un coût abordable pour le Burkina Faso», a-t-il expliqué. A ses dires, le coût proposé par l’équipementier ne semble pas très abordable par rapport à ce qui a été fait ailleurs (Togo, Bénin et Sénégal, etc.). Par ailleurs, il a indiqué que la sécurisation de l’attestation d’attribution délivrée par le maire de Kokologho par un titre foncier a été l’une des recommandations du conseil de cabinet au promoteur Amanda Pharma. Ceci, a-t-il dit, afin de permettre une gestion plus sociale de l’espace obtenu pour éviter des mouvements de protestation des populations dès la pose de la première pierre. A quand le démarrage des travaux ? La construction de cette unité industrielle pharmaceutique à Kokologho, foi de du ministre Nicolas Méda, dépendra de la célérité du promoteur à répondre aux préoccupations du gouvernement burkinabè.

 

 

Aubin W. NANA

Sidwaya

Mise à jour le Mardi, 10 Octobre 2017 09:12
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net