Chaines de valeur du textile au Burkina Faso PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Sidwaya   
Jeudi, 20 Avril 2017 08:30

La directrice exécutive du Centre de commerce international (ITC), Arancha González, a, au cours d’une conférence de presse tenue, le mardi 18 avril 2017, à Ouagadougou, défendu le projet Mode éthique qui devrait générer près de dix mille emplois directs et indirects dans le secteur du tissage artisanal au Burkina Faso.

Les jeunes et les femmes du secteur du tissage artisanal au Burkina Faso devraient se réjouir du projet Mode éthique du Centre de commerce international (ITC) qui entend créer près de dix mille emplois directs et indirects. La directrice exécutive du Centre de commerce international (ITC), Arancha González, en animant une conférence de presse, le mardi 18 avril 2017, à Ouagadougou, a défendu ce projet, d’un coût de 10 millions d’euros, soit plus de 6 milliards de CFA, financé par l’Union européenne (UE). L’initiative concerne le Burkina et le Mali et est intitulée : «Création d'emplois équitables et développement durable de microentreprises à travers la gestion responsable et éthique de chaînes de valeur spécifiques liées aux secteurs de la mode et de l'aménagement d'intérieur».

En effet, la production de l’or blanc va être valorisée avec un élargissement des chaines de valeur où prennent part des hommes et des femmes motivés et sollicités dans le domaine de la mode, selon Mme González. Le choix de ces deux pays, a-t-elle précisé, s’explique par le fait qu’ils ont des produits de qualité tissés à base de coton (Danfani au Burkina Faso, Bogolan et Basilan au Mali) pour la mode et l’ameublement haut de gamme. Il est plus qu’urgent, de l’avis de la directrice exécutive de l’ITC, au Burkina Faso, au Mali et en Afrique subsaharienne, de créer des emplois pour des jeunes et des femmes afin de barrer la route à l’émigration clandestine. Elle a indiqué que le «pays des Hommes intègres » a des talents dans le domaine du textile avec des tissus qui sont très appréciés sur les marchés internationaux. L’ITC, est, selon sa première responsable, dans son ‘’plein’’ rôle d’aider les Petites et moyennes entreprises (PME) à saisir les opportunités qui s’offrent sur les espaces de consommation de ces produits. Comment ces emplois vont-ils être créés ? La première responsable de l’ITC a expliqué que ce défi va être relevé à partir de la formation et de la formalisation des acteurs concernés en vue d’améliorer la croissance économique du Burkina Faso. Ces emplois ne sont pas uniquement relatifs à la vente du coton brut mais à la filature, la production et la confection de tissus. La phase-pilote du projet Mode éthique a permis de créer 18 mille emplois dans la chaîne de valeur au soutien à la formalisation d’activités dans les deux pays.

Au Burkina Faso, cette phase initiale achevée en 2016 a enregistré 2 mille emplois. Les artisans sont installés partout au Burkina Faso (Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, etc.). L’ITC entend les appuyer ‘’fortement’’ en partenariat avec l’Etat burkinabè à travers l’organisation de la filière artisanale et la suppression des barrières tarifaires et non tarifaires dans l’espace de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). La conférence de presse s’inscrit dans le cadre de la tournée régionale de Mme González au Burkina Faso et au Mali relative au projet Mode éthique. Au cours de son séjour au Burkina Faso, du 17 au 19 avril 2017, la directrice exécutive de l'ITC devrait s’entretenir avec les autorités burkinabè sur la simplification des procédures douanières ou commerciales et la facilitation des échanges dans le secteur du textile.

 

Boukary BONKOUNGOU

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Sidwaya

Mise à jour le Jeudi, 20 Avril 2017 08:37
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net

 

Recherche

Annonces et agenda

17e édition de la Journée nationale du Paysan: Le comité d’organisation à pied d’œuvre

Le ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire(MASA), Mahama Zoungrana, a installé le 13 janvier 2014, à Ouagadougou, le comité national d’organisation de la 17e édition de la Journée nationale du paysan(JNP), prévue pour se tenir du 3 au 5 avril 2014 à Fada N’Gourma. A moins de trois mois de la tenue de la 17e édition de la Journée nationale du paysan (JNP), les membres du comité national d’organisation ont été installés le 13 janvier 2014 par le ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire (MASA) , Mahama Zoungrana.

Lire la suite...
 
JPEX 2013 : Journée Parcours de l’Excellence, 2eme édition

Dates et lieu: Ven. 6 décembre et sam. 7 décembre 2013-11-13 à l’Ambassade du Burkina Faso - 159 Boulevard Haussmann, 75008 Paris

Thème : « Emploi et Investissement en Afrique : Les perspectives d’un développement durable »

Pour plus d’informations, voir : www.laceb-agora.com

Lire la suite...
 
De l’huile frelatée saisie

Il n’y a pas longtemps, des bidons d’huile frelatée ont été saisis par les forces de police à Bobo-Dioulasso. Une opération du même type à Ouagadougou a aussi permis de mettre le grappin sur des bidons d’huile de vidange distillée et destinée à la consommation. Ces produits impropres à la consommation sont dommageables à la santé des consommateurs. Les impuretés peuvent s’accumuler dans les vaisseaux sanguins, s’attaquer au foie et prédisposer les consommateurs aux maladies cardiovasculaires. Ces deux saisies ne sont pas des faits isolés et en appellent à plus de ténacité dans la lutte contre la contrefaçon des produits alimentaires. C’est le lieu d’inviter les consommateurs à plus de vigilance et à collaborer avec les services impliqués dans la lutte contre ces produits illicites, car il y va de leur santé.

Nestor BAKI

Sidwaya

 

Bannière 2D Solutions

Bannière

Petites annonces

Bannière

Meteo

Prévisions météo Ouagadougou